Gwendoleen

20 mars 2018

Le retour du printemps

DSCN1446

Autour du vingt et un mars du calendrier ordinaire, nous fêtons le retour du printemps, l'Alban Eilir celtique. En ce jour d'équinoxe, où le jour et la nuit s'équilibrent, monte la sève des arbres, plantes et animaux. Les désirs des hommes aussi sont plus forts. La saison des amours s'annonce. 
Voici le retour du temps lumineux et des fleurs.

Posté par Gwendoleen à 17:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 février 2018

Le temps des druides, sages hyperboréens

DSCN6666

Chez les druides, dont la tradition orale est hyperboréenne, le temps est partagé en deux grandes saisons, l'une, sombre, de Samhain (1er novembre) à Beltaine (1er mai), l'autre, claire, allant de Beltaine à  Samhain. Il comprend quatre périodes (Samhain, Imbolc, Beltaine, Lughnasad) plus une cinquième, hors du temps.

Posté par Gwendoleen à 14:50 - Commentaires [5] - Permalien [#]
02 février 2018

Imbolc, le réveil de la Déesse

DSCN6516

Imbolc, mot irlandais signifiant purification, lustration, dont l'équivalent breton est Emwalc'h, et Brigantia en gaulois, représente le réveil de la Déesse, la venue du printemps celte. Aux alentours du 1er ou 2 février du calendrier moderne, nous célébrons le retour tant attendu de la lumière. La terre commence à se réveiller, bien que l'hiver soit encore présent, et les perce-neige apparaissent.
Le 2 février, on allume bougies et chandelles, en souvenir de cette lumière retrouvée, et c'est encore la période où, traditionnellement, les ours, dit-on, sortent de leur tannière pour chanter, d'où le chant de l'ours, transformé en chandelours, puis chandeleur.

Posté par Gwendoleen à 15:48 - Commentaires [6] - Permalien [#]
21 décembre 2017

Noio Hel

DSCN9736

Le Solstice d'hiver est fêté partout en Europe.
On connait le Jul, ou Yule, qui est scandinave. Les Chrétiens, dans leur entreprise d'étouffement des vieilles religions ethniques et donc païennes, ont imaginé un tour de passe-passe assez génial il faut le reconnaître : faire coïncider la naissance du Christ avec cette période de l'année, annonçant le retour du soleil, les jours qui rallongent. Ils se sont simplement trompés de quelques jours.
Et voici donc Noël. Désolée pour les disciples du Crucifié et les latinistes béats : Noël ne vient pas de "natalis dies", le jour de la naissance de qui vous savez maintenant, mais d'une vieille langue celtique qui s'étendait avant la conquête romaine sur les trois quarts de l'Europe : en gaulois, donc, Noio Hel est arrivé ! Les brittophones reconnaissent sans peine ce qui se traduit par Nevez Heol, donc le Nouveau Soleil.
Une autre hypothèse, finalement assez proche et de même sens, voudrait que Noël vienne d'une ancienne langue germanique, le francique : Neue Helle, où la Nouvelle Clarté.
Je remercie ce marcheur solitaire et inspiré, croisé un jour lors d'une balade, qui m'a expliqué beaucoup de belles choses, et ceci entre autres. 
Quoi que vous pensiez, je vous souhaite donc une très belle fête de Noio Hel !

Posté par Gwendoleen à 13:53 - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 décembre 2017

On en apprend tous les jours

DSCN9130

Je me suis promenée ce dimanche le long de mon lac préféré. En remontant par le barrage pour rentrer à la maison, j'ai croisé un vieux monsieur qui regardait le niveau de l'eau, toujours très bas, avec effarement. Ca faisait plus de dix ans qu'il n'était pas venu dans le coin, ici à Saint-Thurial. Et alors, il m'a raconté des histoires de pêche, et puis, a-t-il rajouté, avec une lueur malicieuse dans le regard, il allait souvent sur la grêve du lieut-dit Le Breil qu'il appelait "la plage des seins nus". J'ai bien rigolé.

Posté par Gwendoleen à 07:42 - Commentaires [4] - Permalien [#]

01 décembre 2017

Chêne, arbre sacré des Celtes

DSCN8807

Le chêne est l'arbre sacré des Celtes, symbole d'union entre Gaëls (Irlandais, Ecossais, Mannois), Britons (Gallois, Corniques, Bretons), et Gaulois. Il est la force et la puissance. Par ses racines profondes et ses branches majestueuses, il unit la terre et le ciel, capte les énergies chtoniennes et célestes, et transmet ces forces aux hommes par l'intermédiaire des Druides, Chamanes et autres Eveillés. Dédié au Dagda et à Taranis, il est l'arbre de la force mais aussi de la sagesse.

Le grand Dervenn, son nom breton, est le sanctuaire propice à la méditation et aux cérémonies. Force invincible, il est longévité, solidité, justice, passage entre ciel et terre, hospitalité, générosité, majesté. Il préside à la saison claire, tandis que son alter-ego le houx préside à la saison sombre.
Ses glands sont une nourriture à la fois terrestre et spirituelle, symbolisant fertilité et longévité.

Posté par Gwendoleen à 15:39 - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 novembre 2017

Le Verger

DSCN8963

Senteurs d'automne, feuillages dorés et pourpres, scintillements des toiles d'araignées dans les herbes folles des talus, odeur pétillante des pommes, goût du cidre ... Me voici au Verger, sur un chemin creux et secret, où les maisons semblent surgir de terre, où l'homme, très discret par nature et culture, est rare.
J'aime me perdre, volontairement, lors de mes randonnées sauvages, à travers ce bocage. Du moins, ce qu'il en reste.

Posté par Gwendoleen à 15:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2017

Les amours du gland et de la terre

DSCN8834

Des amours du gland avec la terre naîtront d'autres grands chênes. Ne tirez pas sur les arbres que vous dites morts ! Ils ne sont qu'un état de passage vers une autre vie.

Posté par Gwendoleen à 15:22 - Commentaires [6] - Permalien [#]
31 octobre 2017

Entre ciel et terre

DSCN8705

Le site mégalithique des Landes de Cojoux est le deuxième de Bretagne, après Carnac. Il y a trois alignements principaux qui se recoupent. Ces monuments sacrés, héritage de nos lointains ancêtres, sont vieux de plus de six mille sept cent ans. On leur doit le plus grand respect. Ils sont un lieu de passage, comme on dit chez nous, un trait d'union entre les morts et les vivants, un pont entre le ciel et la terre.

Posté par Gwendoleen à 15:05 - Commentaires [8] - Permalien [#]
28 octobre 2017

Gwerz

DSCN8640

En longeant la Vilaine aujourd'hui, je croise ce sonneur de cornemuse.
C'est une très belle mélodie, lente et majestueuse, que l'on nomme chez nous une gwerz, et que les Ecossais appellent lament, slow air. Ces mélodies, qui sont un reflet de l'âme de notre peuple, racontent souvent un événement, tragique ou héroïque.
Un Breton qui se respecte ne peut écouter ce style de musique sans avoir des frissons, sans éprouver un mélange de nostalgie et de fierté. 

Posté par Gwendoleen à 22:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]