DSCN1607

C'était un après-midi d'été au fond du lac de Guerlédan, en juillet deux mille quinze. Le lac était vidé de ses eaux, pour contrôler l'état du barrage. La mémoire des villages ennoyés, dont les habitants avaient été chassés et expropriés, refaisait surface. Ici, les arbres d'un verger, encore debout, troncs noircis, comme fossilisés, là une machine rouillée dans une ruine, pour rappeler l'activité minière de la vallée, le village de Trégnanton et ses fantômes, au milieu d'une forêt morte. L'ombre de la mort. Une autre vie.