DSCN9736

Le Solstice d'hiver est fêté partout en Europe.
On connait le Jul, ou Yule, qui est scandinave. Les Chrétiens, dans leur entreprise d'étouffement des vieilles religions ethniques et donc païennes, ont imaginé un tour de passe-passe assez génial il faut le reconnaître : faire coïncider la naissance du Christ avec cette période de l'année, annonçant le retour du soleil, les jours qui rallongent. Ils se sont simplement trompés de quelques jours.
Et voici donc Noël. Désolée pour les disciples du Crucifié et les latinistes béats : Noël ne vient pas de "natalis dies", le jour de la naissance de qui vous savez maintenant, mais d'une vieille langue celtique qui s'étendait avant la conquête romaine sur les trois quarts de l'Europe : en gaulois, donc, Noio Hel est arrivé ! Les brittophones reconnaissent sans peine ce qui se traduit par Nevez Heol, donc le Nouveau Soleil.
Une autre hypothèse, finalement assez proche et de même sens, voudrait que Noël vienne d'une ancienne langue germanique, le francique : Neue Helle, où la Nouvelle Clarté.
Je remercie ce marcheur solitaire et inspiré, croisé un jour lors d'une balade, qui m'a expliqué beaucoup de belles choses, et ceci entre autres. 
Quoi que vous pensiez, je vous souhaite donc une très belle fête de Noio Hel !